Organiser et créer son escape game maison

Vu son explosion mondiale, je pense que le concept de l’escape game n’est plus à présenter. Néanmoins (comme je suis magnanime), laissez-moi vous faire un rapide rappel pour ceux qui vivent dans une grotte et qui seraient étrangers à ce jeu.

Un escape game, c’est un jeu grandeur nature dont le but est de s’échapper d’une pièce dans une durée limitée à l’aide d’indices et de fouilles en tout genre. Généralement, il se joue plutôt à plusieurs. Souvent, il y a un thème associé (s’échapper d’une banque, d’une chambre d’asile, d’une maison hantée…) et certaines salles sont décorées en conséquence.

Bref, les escape game pour une fan comme moi de chasse au trésor ou d’énigme, c’est une vraie mine d’or.

Et vous savez ce qui est mieux que participer à un escape game ? Non ? Eh bien en organiser un ! C’est de ça dont je vais vous parler ici : comment organiser de quoi amuser vos amis l’espace d’une heure ou deux avec le minimum d’investissement financier et le maximum de fun.

Quand je me suis lancée là-dedans, évidemment j’ai fait mes petites recherches sur la toile pour voir ce qui existait, s’il n’y avait pas une recette miracle qui regrouperait toutes sortes d’énigmes, des idées géniales… et honnêtement j’ai été un peu déçue. À part des packs tout faits qui coutent la peau du c**… rien de bien transcendant. J’espère que vous trouverez votre bonheur ici et surtout, si vous en avez vous-même organisé un, n’hésitez pas à laisser vos astuces et propositions en commentaire !

On va essayer d’y aller progressivement et par étape… Pour une organisation réussie, le secret c’est d’être organisé. (haha)

1. Évaluer le lieu dont vous disposez et le nombre de personnes présentes

C’est ce qui va vous permettre de mettre en place un scénario adapté et réalisable. Vous avez plusieurs solutions qui s’offrent à vous :

  • utiliser une pièce unique, fermée à clé ou non
  • utiliser un enchaînement de pièces comme dans les escapes games plus classiques (réussir à sortir d’une première pièce pour accéder à une deuxième pièce, réussir à sortir de cette pièce pour accéder à une troisième et ainsi de suite) mais nécessite d’avoir un appartement/ une maison qui le permet et un groupe de personne restreint (4-5 personnes)
  • utiliser toutes les pièces d’une maison ou d’un appartement si vous êtes très nombreux

Dans mon cas, nous étions dans une maison immense et il aurait été impossible de réaliser l’escape game dans l’intégralité de la maison. De plus, nous étions 25 donc le plus simple était d’utiliser la pièce principale uniquement car elle était très grande.

Avoir conscience également qu’on ne peut pas faire un escape game partout. Cela nécessite une fouille, donc si vous ne voulez pas vous retrouver avec un appartement sens dessus dessous, privilégier les pièces les plus « vides ». Ou organiser ça dans un airbnb ou une location 😉

2. Réfléchir au thème

S’échapper pour s’échapper… ça n’a pas un grand intérêt à mes yeux. Alors que s’échapper parce qu’une horde de zombies est à vos trousses… tout de suite ça rajoute un challenge ! Si en plus votre soirée est à thème, que les invités sont déguisés, vous pouvez jouer là dessus.

Je vous mets une petite liste non exhaustive de thème d’escape game qui existent, cela pourrait vous donner des idées :

  • asile psychiatrique
  • banque / casse
  • prison
  • bombe
  • espion / agent secret
  • enquête criminelle
  • pirate
  • zombies
  • virus / labo
  • horreur
  • maison hantée
  • film /conte de fées

Après, il faut avoir conscience que pour coller au mieux à la plupart des thèmes, un budget peut s’imposer. Un décor d’asile psychiatrique ou de bateau pirate, ça ne se crée pas comme ça. Alors qu’une ambiance de film d’horreur ou de maison hantée, c’est beaucoup plus simple.

C’est ce que j’ai choisi : une ambiance mythe / maison hantée. Déjà, la maison dans laquelle nous nous trouvions allait bien dans le thème : ancienne, une dizaine de chambres, des escaliers un peu partout, des portes qui grincent…

Et je me suis adaptée au lieu dans lequel nous nous trouvions : en pleine Bretagne ! J’ai donc choisi un « méchant » de taille : l’Ankou, la personnification de la mort en Bretagne, une sorte de faucheuse régionale présente dans de nombreux contes.

3. Trouver un scénario

Pas besoin de trouver un truc trop travaillé ou incroyable, mais c’est vraiment ce qui va donner l’ambiance au jeu, rajouter un peu de piment et éviter de chercher pour chercher.

Pour vous donner une petite idée, voilà ce que j’avais concocté.

Les participants ont découvert qu’ils avaient été faits prisonnier par l’Ankou et que s’ils quittaient la maison, ils n’y survivraient pas (cette espèce de malédiction justifiait le fait qu’aucune porte ne soit fermée à clé). Ensuite, ils ont appris qu’une petite fille avait déjà été faîtes prisonnière dix ans plus tôt et que malheureusement, elle n’avait pas survécu (ça leur a donné des sueurs froides) (et j’exagère à peine). Heureusement, avant de mourir, elle avait découvert comment détruire l’Ankou, mais seule, il lui était impossible d’en venir à bout. Elle avait donc laissé, cachée un peu partout dans la grande pièce, des indices qui leur permettraient de sauver leur peau.

Ce scénario m’a vraiment permis une grande liberté au niveau des énigmes et du dénouement final. Le but étant de détruire l’Ankou, la finalité de leurs recherches était de trouver une formule magique et les pas nécessaires pour réaliser une danse bretonne (pour le côté festif, même si la formule à elle seule aurait pu suffire) capable de chasser ce mauvais esprit. J’ai aussi pu impliquer l’ami qui organisait la soirée en lui révélant juste avant la réalisation de l’exorcisme qu’il était l’esprit malveillant et qu’au moment opportun, il pourrait simuler une mort. Cela ajoutait un petit côté théâtral sympathique.

Bref, maintenant que votre scénario est écrit… passons à sa mise en pratique !

4. Comment démarrer le jeu

Plusieurs possibilités s’offrent à vous…

  • l‘annoncer de la façon la plus simple possible en résumant l’histoire auprès de vos amis
  • faire en sorte qu’un ami tombe sur un document suspect
  • ou ma solution : utiliser un enregistrement audio ! En soirée, rien de plus simple : à la place d’une nouvelle musique, vous lancez votre fichier et c’est parti ! Cela vous permet en plus d’ajouter des bruitages qui vous plongeront directement dans l’ambiance. Pour l’occasion, j’avais réalisé un enregistrement de ma voix que j’avais modifié grâce au génialissime logiciel AUDACITY et composé une bande-son associant orage, bruit de vent, murmures étranges… Pour la fin, j’avais aussi sélectionné une musique permettant de réaliser la danse nécessaire à l’exorcisme en ajoutant les cris de douleur de mon démon. Je vous mets les liens de ces bandes-son ici, je les avais mises sur YouTube. Mais à vous de laisser parler votre imagination et votre créativité.

5. Composition des énigmes

Il s’agit surement de l’étape la plus longue et sur laquelle vous devez être le plus rigoureux.

Pour commencer, savoir combien de « grandes étapes » vont rythmer le jeu. Par là j’entends, combien de cadenas il va falloir ouvrir et quelle sorte de cadenas = à code ou à clé, car suivant cela, vos énigmes seront différentes. Il existe toutes sortes de cadenas, que ça soit à lettre, à chiffre, à rotation… à vous de trouver votre bonheur !

Pour les cadenas à clé, j’en avais commandé deux comme ça : https://amzn.to/2DeFFlV

Pour mon cadenas à code, un comme ça : https://amzn.to/2zSiQ4j

Mon escape game comportait 3 grandes étapes : 2 cadenas à clé et 1 à code. Mes énigmes sont donc adaptées à ça…

Pour les « coffres » j’ai tout simplement utilisé des boîtes à chaussure, pas besoin d’investir des mille et des cent dans des boîtes qui ne vous resserviront pas. Une boîte à chaussure, un peu de ficelle, un cadenas et vous obtenez un joli coffre fort ! 😉

Ensuite, il vous faut lister les différentes énigmes que vous souhaitez intégrer. Enfin plutôt les « genres » d’énigmes. Plus elles seront variées, plus ça sera intéressant. Je vais vous faire une petite liste non exhaustive pour vous donner des idées. En plus des codes classiques sur des bouts de papier, rajouter des manipulations d’objets peut apporter une touche inattendue.

Différentes énigmes :

  • Lampes à UV (https://amzn.to/2DxH7Az) et les feutres à l’encre invisible (https://amzn.to/2DeVmth)
  • Livres / journaux / dépliants : entourer des lettres sur chaque page pour former des mots (j’avais commandé un livre dans le thème du jeu : https://amzn.to/2OEW7y1)
  • Téléphone portable à fouiller : permet d’intégrer des vidéos, message audio (morse !), textos, notes…
  • Puzzle (possibilité de reconstituer un puzzle qui mène vers un code…)
  • Code audio : morse (qui peut être enregistré et donc écouté ou simplement écrit sous forme de point et de barre)
  • Feuilles transparentes : plusieurs éléments à récupérer au fur et à mesure de l’escape game et à superposer (peut conduite à un code à décrypter)
  • Code césar (un des plus simples à décoder, fonctionne avec un simple décalage des lettres de l’alphabet, classiquement 3 lettres, mais peut être décliné à l’infini (enfin non, avec une limite de 26 quand même), le code AVOCAT (A = K) fonctionne sur le même principe)
  • Chiffre de Vigenère : demande du temps avant d’être compris mais intéressant car il introduit la notion de clé, donc de devoir trouver un premier mot clé pour décrypter un code
  • Codes visuels avec des alphabets propres (qu’il faut fournir ou que les participants doivent chercher) : code pokémon, braille, code des templiers, code OTAN
  • Tableau de mots mêlés => permet de trouver un ensemble de lettres non barrées et de faire une anagramme pour trouver une clé ou un indice
  • Calculs à effectuer
  • Écrire en miroir
  • Écrire sur une feuille au-dessus : il faudra délicatement colorier votre papier avec un crayon pour faire apparaître le message (classique mais efficace)
  • Écrire sur une fenêtre avec un « corps gras » : il faudra faire de la buée pour faire apparaître le message mystère
  • Des choses plus classiques : énigmes, rébus, charades

Si vous cherchez d’autres façons de coder vos messages, je vous conseille le site dcode, vous avez une liste interminable de différents codes, leur fonctionnement, des exemples et même des fois vous pouvez coder directement vos messages dessus.

6. Chronologie des énigmes

Maintenant que vous avez toutes les énigmes que vous voulez utiliser, les ranger dans un ordre logique, les unes avec les autres ou en parallèle.

Pour cela, je vous conseille de prendre une grande feuille blanche, d’écrire les énigmes que vous souhaitez réaliser ainsi que les différents coffres à ouvrir, ce que chaque coffre contient, et de les relier les unes avec les autres. Une fois que ça sera fait, vous pourrez mettre tout ça au propre pour vous y retrouver. Je vous mets mes brouillons pour vous donner une petite idée ! Cette partie est vraiment importante, elle vous permettra d’être bien organisé et de ne rien oublier. Avoir tout le déroulé résumé sur une feuille centralise toutes les énigmes et vous permettra de bien vous y retrouver.

7. Des feintes

Votre trame générale est prête, avant de passer à la création des énigmes, vous pouvez ajouter des détails. Des éléments « superflus » qui pourront occuper vos participants et même les envoyer sur des fausses pistes ! Il peut y avoir plusieurs trames, différents chemins pour arriver jusqu’au dénouement final, mais surtout, des chemins qui ne mèneront nulle part ! 😉 Mais là on est vraiment dans le détail et si vous voulez juste faire un bon jeu lambda, vous pouvez passer cette étape !

P1070687 (Copier)

8. Fabriquer les énigmes

Laissez marcher votre imagination et lancez-vous dans l’écriture de vos énigmes. Le codage de vos codes.

Papier, carton, pochette plastique, écriture visible ou non, relief, creux, couleurs, noirs et blancs, son… la scène est à vous !

9. Le jour J : les cachettes

Tout est prêt, il ne vous reste plus qu’à cacher vos indices, vos coffres, vos clés.

Pour cela, toutes les cachettes sont permises, mais ayez à l’esprit que certaines sont plus évidentes que d’autres !

  • Derrière des tableaux
  • sous des chaises, tables
  • dans des placards
  • dans un rideau
  • dans une cheminée
  • sous des portes (#lescotchestvotreami)
  • dans des livres
  • sous des coussins
  • sous ou dans des objets
  • dans des pots
  • sur des personnes ?

Soyez tordus !

10. Amusez-vous !

N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires !

Pour être au courant à chaque nouvel article n’hésitez pas à vous abonner sur le blog, sur ma page facebook ou sur instagram 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s